07/03/2008

Santa Teresa, les aventures de son territoire

piazza_vue_central_bar

Planifier la naissance d'une ville ou d'un village entend le choix d'un point stratégique sur lequel les faire croitre, en projeter la viabilité, les axes des édifices et organiser les différents secteurs ou vecteurs, je préfère, économiques.

Quand fut fondée Santa Teresa, la position plus favorable résulta etre celle de Porto Longone (aujourd'hui Longosardo), aux pieds de la tour gardienne de la cote et peu distante de la profonde baie portuaire.

Les premiers quartiers, qui ne comprenaient qu'une vingtaine d'immeubles étaient tous compris entre l'actuelle Piazza San Vittoria et la Piazza Vittorio Emanuele, naturellement étendus en longueur pour quelques uns.

L'actuelle place Victor Emmanuel a subi, il y a quelques années un changement radical, adapté au développement touristique de la cité. L'ancienne place comprenait une partie centrale entourée d'oliviers et d'arbustes, quelques bancs en granit. Elle était "la" promenade des villageois qui la parcouraient en longueur, aller-retour, aller-retour, au rythme des papotages. Elle était l'unique lieu de rencontre. Les voitures, quand les voitures sont apparues, en faisaient le tour, bien lentement d'ailleurs.... L'occasion pour les garçons, jeunes et moins jeunes, de prendre le temps de faire le choix de leur proie... pour un jour, pour une semaine, pour le temps que restaient là, à se dorer la pilule, les petites touristes étrangères, belges, suisses, anglaises, polonaises qui faisaient s'éclairer leur sourire et leur braguette le temps d'un été, comme une friandise dont ils seront privés tout l'hiver et quand ils auront choisi d'épouser une des leurs, pour ne perdre pas racine. Ils ont tous un attachement extremement fort à leur terre sarde. Encore aujourd'hui, les jeunes allant travailler à l'étranger, n'ont qu'un seul souhait : rentrer au pays pour y travailler, meme s'ils savent que leur salaire sera ridiculement bas.

Pour continuer l'histoire de la création du village et ses aventures, la seule rue, en fait place, qui aie garder son nom d'origine est la Piazza San Vittorio sur laquelle est construite l'église du meme nom. Construite dans la moitié du 19e siècle, grace aux dons de Annamaria di Savoia et de sa mère Maria Teresa, épouse de Victor Emmanuel Ier, l'église paroissiale recéle encore d'objets décoratifs en argent et d'une statue de la Madonne offerts par ces nobles dames.

Le projet initial du village fut donc dessiné par le Roi Victoir Emmanuel lui-meme qui projetta jusqu'aux activités commerciales qui devaient naitre sur les places principales. Cet objectif est encore d'actualité de nos jours et l'on peut observer, dans un centre historique coloré, les différentes boutiques d'artisanat, les petits commerces alimentaires, les bars, une poissonnerie, une boucherie et les étals de fruits et légumes.

Quelques années après sa fondation Santa Teresa comptait déjà 200 habitants, un chiffre important en comparaison à d'autres communes sardes. Cette population était formée en majorité de bergers, agriculteurs, artisans et pecheurs.

Santa_Teresa_di_Gallura_Rena_Bianca

Au gauche de l'église San Vittorio, quand on est sur la place du meme nom, une belle arcade mérite la pause photo. Une vue paradisiaque sur la plage de Rena Bianca et sur les falaises blanches de Bonifacio.  La plage de Rena Bianca, qui doit son nom à la blancheur de son sable (de rena = sable), est accessible de tous les quartiers du village, soit par de belles descentes asphaltées, soit par un escalier ombragé au milieu des villas, vue imprenable. Le rocher sur la gauche de la plage est l'isola Monica (à droite sur la photo). On y trouve  une des nombreuses carrières de granit réparties sur le territoire.

Attirés par la présence de cette belle plage sableurse, de nombreux habitants des villages ou campagnes environnantes y ont construit une résidence secondaire, permettant ainsi d'échapper, l'été, aux chaleurs torrides des campagnes. Ce fut la première forme de tourisme et, pendant longtemps, elle se limita justement à la seule occupation des résidences secondaires. Quelques hotels furent construits par la suite. Actuellement, le tourisme villageois vit essentiellement de la location d'appartements gérée par les agences immobilières, plus nombreuses que les boulangeries !

Le centre actuel reste la place Victor Emmanuel où se trouve l'office de tourisme qui distribue des informations concernant l'hébergement, les ballades, visites, excursions à faire sur le territoire de la commune.

De la place part la Via XX Settembre, piétonnier en été,  qui mène à la Torre Aragonese, tour vestige du passage des espagnols dans l'ile, où l'on peut admirer le paysage à 360° surplombant les bouches de Bonifacio et l'entrée du port.

Le port qui sera la prochaine étape de mon récit.

Santa_Teresa_di_Gallura_Torre_Aragonese