20/02/2008

Santa Teresa di Gallura, un peu de son histoire


environs_place_vers_sta_lucia

C'est Victor Emmanuel I qui créa les rues du village copiant celle de Turin (comme NY en fait). Il donna le nom de Teresa en hommage à son épouse Maria Teresa. La sainte patronne de Santa Teresa est Thérèse d'Avila, fètée le 15 octobre.

Santa Teresa est appelée Lungoni par les autochtones, une dénomination qui remonte à bien avant sa création par le roi Victor Emmanuel. Lungoni vient de Porto Longone, le port de forme oblongue, aujourd'hui départ du bac qui relie la Sardaigne à la Corse et départ des 5 ou 6 bateaux de tourisme qui proposent, en été, une visite des iles voisines, dans le cadre du Parc Naturel de La Maddalena. C'est aussi un port de plaisance, dont les places sont chères.

descente santa lucia vers le marché

Santa Teresa di Gallura est la pointe, à l'exception des iles mineures, la plus proche de la Corse. L'histoire de cette jolie petite cité et ses environs est fortement liée à l'histoire de la Corse. Les premières traces de présences humaines connues remontent à l'époque nuragique, plus exactement dans une tranche comprise entre 1500 et 1000 ans ac.

Ont occupés l'ile et plus particulièrement la région : les phéniciens, les puniques et bien sur les romains, avec lesquels disparait définitivement la civilisation nuragique. On trouve d'ailleurs anormalement peu de traces de la présence phénicienne et punique, bien que ces civilisations aient été repérèes à Olbia et Alghero. Au contraire, les romains ne manquèrent pas de comprendre l'importance stratégique de l'endroit, situé à deux pas de la Corse, autre colonie de l'empire romain. Ils créèrent deux ports : Porto Longone, l'actuel port et Porto Tibula dont la situation est encore aujourd'hui sujet à discussion. On peut pourtant remarquer au sud de Capo Testa, sur la cote située à l'est du pont des Due mari, des traces de ciment ou équivalent romain, mangé par la mer, mais la forme ne fait pas de doute quant à son utilisation (plate-forme). L'utilisation du port Tibula était essentiellement destiné à l'exportation du granit prelevé dans les carrières du bord de mer. On peut encore voir aujourd'hui les restes des découpes faites par les romains.

La périodes des "Giudicati", qui sont des provinces administratives controlées par la Justice et l'Eglise, commence aux alentours de l'an mil. Longone (actuelle Santa Teresa) faisait partie du Judicat de Gallura, dont le siège était à Luogosanto, qui conserve encore aujourd'hui les ruines du chateau (découvert enn 1992 seulement !). Eux aussi prelevèrent le granit à Capo Testa.

L'ère des Judicats se terminent définitvement par l'occupation de l'ile par les Aragonais. Cette occupatio, à ces débuts, fut contrée par les pisans, qui avec Genes, se disputaient le controle de l'ile. Le Mare Nostrum (la méditerranée) était, à cette époque, le centre du monde et les républiques marinières ne pouvaient laisser passer un point aussi stratégique que la Sardaigne. Le nom Gallura provient de Fretum Gallicum (Stretto Gallico ou détroit gaulois), ancienne dénomination des Bouches de Bonifacio, associée au fait que la Corse appartenait à la Gaule. Le Judicat se plaça donc en face de la Corse, exactement sur l'actuel territoire de Santa Teresa, et devint bien vite un point chaud des conflits entre puissances maritimes.

La domination pisane fut interrompue par les aragonais, à qui fut attribuée la construction du chateau de Longonsardo, dans la seconde moitié du 14e siècle. Les ruines du chateau, désormais recouvertes de végétation, se trouvent tout à coté de l'actuelle Torre Aragonese. La paternité du chateau fut attribuée à Brancaleone Doria et à son épouse bien connue, Eleonora d'Arborea (prénom actuellement très utilisé par ceux qui tiennent à transmettre l'identité sarde). A part ses points stratégiques, la Gallura n'était qu'une lande pauvre et déshabitée, une bien triste situation qui perdura durant l'occupation aragonaise, durement controversée par la population locale, déjà appauvrie par une pression fiscale féodale.

 

vers_tour_espagnole

La population des cotes diminua fortement durant les nombreux débarquements de Corsaires Barbares venus saccager et piller l'ile pendant des siècles. C'est à cette époque que fut construite la Tour aragonaise de laquelle Giovanni Galluresu défendit pratiquement seul la cote du débarquement des pirates. Ce héros devint plus tard un des bandits les plus craints de l'époque aragonaise. Banditisme qui dura des siècles : vols, contrebande, corruption et trafic avec la Corse voisine (qui avait la fréquence d'un bateau de ligne!). Le gouvernement des Savoie qui arriva en 1720 n'était absolument pas préparé à une telle situation.

une rue verte de santa teresa

 

L'absence d'installations "humaines" sur les cotes favorisaient bien sur la contrebande. Et c'est pour cette raison que fut construite Santa Teresa, sur base d'un projet établit par Pietro Magnon, au début du 19e siècle. En 1808, est institué un décret de fondation du bourg et pour en faciliter l'occupation, on offre aux premiers habitants des terrains à cultiver et des lotissements pour construire une maison .

piazza


piazza_vue_central_bar

L'absence d'installations "humaines" sur les cotes favorisaient bien sur la contrebande. Et c'est pour cette raison que fut construite Santa Teresa, sur base d'un projet établit par Pietro Magnon, au début du 19e siècle. En 1808, est institué un décret de fondation du bourg et pour en faciliter l'occupation, on offre aux premiers habitants des terrains à cultiver et des lotissements pour construire une maison .

piazza