13/02/2008

zut, zut et rezut

voilà la troisième fois que je compose un texte sur la zuppa cuata,

première tentative : lundi

deuxième tentative : mardi

J'y ai passé deux heures en tout...

Alors aujourd'hui, je vous mets seulement les photos

zuppa cuata gallurese

 

Si quelqu'un veut la recette, je fais un autre post, plus complet.

 

pain kamut et pain blanc, au four à bois
Ben voilà, y a meme pas moyen de mettre les photos cette fois-ci

Alors,

comme je dis dans le titre

zut, zut et rezut

 

(ps, je suis de très mauvaise humeur)

13:35 Écrit par Loren dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : zut, rezut |  Facebook |

06/02/2008

Carnaval à Santa Teresa di Gallura

j'ouvre une petite parenthèse dans la présentation générale de mon ile.

je voulais vous faire participer au Carnaval de notre village.

tous les jeunes se sont mobilisés pour trouver un thème, pour construire le char, pour trouver le déguisement le plus beau.

des soirées de charrette, des vetements pleins de colle, des repas sautés, et quel bel enthousiasme : la solidarité, le fait de construire quelque chose ensemble, de s'amuser en travaillant. 

Faut vous dire qu'il n'y a pas de mouvements de jeunesse là où nous vivons. Le Carnaval est donc la seule occasion de l'hiver pour se retrouver et avoir un projet commun.

Voilà donc le résultat en quelques images.

fev 08 carnaval santa teresa

les morts qui fument

Alessandra et sa passion du morbide, a trouvé son bonheur ce jour-là pour exprimer toute sa personnalité. Elle a du etre vampire dans une autre vie !

fev 08 carnaval sta teresa, sberla nera

la Sberla, traduction la cuite... jeu de mots sur la Perla Nera, le vaisseau pirate de Jack Sparrow. La cuite... c'est le résultat du défilé et de la fete sur la place du village !

fev 08 carnaval lentilles de l'horreur


je me demande où il a trouvé ses lentilles celui-là

bref, il a terrorisé les enfants !

fev 08 carnaval sta teresa, cimetero

une critique acerbe de la gestion communale

nous diraient-ils qu'on vit dans un pays mort ! je pense bien que oui !

fev 08 carro prima della partenza

les chars sont tirés par un tracteur. Santa Teresa, à part sa vocation touristique, est un village d'horticulteurs et de pecheurs.

les jeunes équipent leur char d'une belle réserve de boisson, en l'occurrence vin ou bière !

un char distribue gratuitement des pains saucisses (grillées directement sur le char).

et la pluie de confettis est au rendez-vous.

le soir en rentrant, j'avais l'impression que le village était sous la neige, une belle impression de pas feutrés.

Santa Teresa est en plein repeuplement, baby boom quoi ! Tous les bébés étaient de sortie dimanche après midi et meme les plus petits étaient déguisés, qu'ils étaient mimis ! Papillons, abeilles, panthères : des costumes chauds ou faciles.

Et toute la population sort ce jour-là.

On peut alors constater que nous sommes nombreux, meme en hiver !



 

 

15:05 Écrit par Loren dans Général | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : carnaval, santa teresa, chars, jeunesse |  Facebook |

01/02/2008

traditions carnavalesques ou exorcisme de la férocité

 

murales mamuthones


Les jeunes et moins jeunes préparent les festivités du carnaval. La fete commence le jeudi gras, c'est à dire le jeudi précédant le mardi gras, hier en somme.

Dans nos régions cotières, le carnaval est l'occasion pour les jeunes de créer des groupes corporatifs basés soit sur l'école, soit sur l'équipe de foot, soit sur l'amitié, et de mettre en oeuvre un char? (carro), une voiture ou une remorque déguisée elle-aussi pour l'occasion. Le défilé a lieu le dimanche ou le mardi gras. Le dimanche pour permettre à un plus grand nombre de personnes d'assister, d'admirer et de faire la fete.

Dans la Sardaigne secrète et montagnarde, la tradition carnavalesque a des airs de film d'horreur. A Mamoiada, les mamuthones vetus de peau de betes et portant sur le dos une centaine de cloches de troupeau et sur le visage un masque en bois....pas beau.., défilent à pas cadencé de manière à faire sonner les cloches. Je peux vous dire que ça effraie les enfants.

mamuthonesausecours

pas rassurant, dans la nuit noire, ruelles étroites !

mamuthonesmasque

 Les masques sont en vente dans certaines boutiques d'artisanat local. Il y en a un à Santa Teresa !  Les enfants ont donc toute l'année pour s'habituer à la vue de ces betes féroces. Est ce un moyen d'exorciser la peur ? Peut etre... mais je pense qu'il faut des années à une ame d'enfant pour comprendre qu'il faut entrer dans la peur pour la surpasser, avoir la trouille de sa vie, penser qu'on va y passer ! et surtout agir, et arreter de subir, de rester hébèté, ébahi, terrorisé.

mamuthonesdedos

Là, sur cette photo, vous pouvez voir les clochettes.... vous pouvez aussi imaginer le poids de tout cet attirail... la peau, le masque, les cloches.. Seuls les hommes portent ce costume et on comprend bien pourquoi.

Sur TV5 Monde, regardant une émission sur les régions du monde (j'aime voir les cultures, les paysages de notre planète Terre), j'ai découvert que les grecs avaient une tradition similaire. Mais, pour rappel, la Sardaigne fut aussi envahie par les grecs.

mamuthonesantico

 

Voici la version "antiquité".

 

28/01/2008

caviar sarde

bottarga di muggine, poutargue de mulet

Les oeufs de mulet,le poisson bien évidemment, s'appellent poutargue en français et bottarga en italien. La Provence connait cette spécialité et la prépare sans doute de façon différente.

Le mulet est élevé dans de grands bassins dans la région d'Oristano, région de plaine s'il en est. La bottarga est une spécialité de Cabras, petite ville près d'Oristano, qui donne sur la mer. Sur la plage de San Giovani di Sinis, voisine de Cabras, on trouve encore des maisons de pecheurs en chaume. Je n'en ai vu nulle part ailleurs en Sardaigne. Quelques kilomètres plus avant, à l'extreme pointe de Sinis, on trouve une zone archéologique d'origine phénicienne, Tharros. Cette cité fut habitée du 7e siècle ac au 10e siècle pc, par les phéniciens d'abord, les puniques ensuite et les romains pour finir.

decoration

Revenons à notre mulet : ses oeufs sont donc prélevés, sèchés et recouverts d'une fine pellicule de cire. Actuellement la bottarga est présentée sous vide, pour éviter qu'elle se déssèche. L'origine de la bottarga remonterait aux Phéniciens qui les premiers se sont mis à sècher les oeufs de ce poisson, dont la chair n'est pas très délicate d'ailleurs. Les Arabes se sont mis à la diffuser dans toute la méditerranée, sous le nom de battarikh. Les Sardes l'ont utilisée en monnaie d'échange pour le commerce méditerranéen. Jusqu'à la moitié du 20e siècle, la bottarga était essentiellement liée à la peche au thon. Aujourd'hui c'est un des produits les plus exportés, avec une grande demande de pays comme la France, l'Allemagne, l'Espagne et les Etats-Unis.

Dans la région de Cagliari, on prélève la bottarga du thon. Plus fort comme gout, sa consistance plus sèche permet de la raper plus facilement.

La bottarga di muggine (mulet) est plus délicate, un peu plus grasse. Elle a donc un gout particulier.
Elle se sert rapée sur les pates, précédemment sautée à l'huile d'olive et à l'ail. Le rapage demande un peu de temps et beaucoup de patience, parce qu'il faut nettoyer la rape avec précaution pour retirer un maximum de bottarga, vu le prix.... les deux poches d'oeufs que vous voyez sur la photo coute aux environs de 17 euros... un plat de spaghetti pour 6 personnes ! heureusement que les pates sont bon marché. La bottarga peut également se servir en tranches frès fines sur des tranches de tomates. Ou sur du pain grillé et du beurre ! Ou suivant votre fantaisie.

La rape utilisée est celle des zestes de citron, ou la rape à parmesan.

La bottarga se vend également en pots. Mais attention à l'arnaque. On dit que certains producteurs ajoutent de la sciure pour alléger la bottarga. Payer la sciure au prix du caviar ! Bon d'accord le caviar est plus cher, vous avez raison. Mais c'est cher quand meme 110 euros le kilo, non ?

résultat dans l'assiette

 

decoration

on y a ajouté des vongole ou arsele, suivant la taille du coquillage.

celui qui veut la recette, me laisse un message

Moi, personnellement, quand je venais en Sardaigne, en Gallura, dans les années 70, je n'ai jamais entendu parlé de la bottarga. C'est quand je suis revenue en 2003, à Paques, qu'invitée chez mon beau-frère, j'ai eu le plaisir de découvrir cette merveille. délicatesse à l'arrière gout amer, adoucie par l'huile d'olive.

Question de gout, j'en connais qui n'aiment pas et j'en connais qui ne doivent meme pas penser à essayer !

24/01/2008

notre voisine la corse

granit à capo testa

Loin au fond, mais si près, les falaises de Bonifacio, les sommets enneigés de la Corse, le bras de mer entre nous qui a pour nom , Bouches de Bonifacio, Bocche di Bonifacio. C'est également le nom d'un festival Jazz qui se déroule fin aout et qui accueille, à Santa Teresa, des jazzmen français, italiens et internationaux. Le thème d'une rencontre entre voisins. Il existe aussi une régate qui fait le lien entre les deux iles et surtout entre les deux villages de Bonifacio et Santa Teresa di Gallura, ainsi qu'une épreuve de planche à voile. La planche à voile a, ces dernières années, été confrontée à une mer agitée ou impraticable qui a fait postposer, une année, et annuler l'épreuve, une autre année.

Il y a 8 miles marins entre nos deux iles. Et beaucoup moins entre Porto Pozzo, en Sardaigne et Lavezzi, une ile protégée, en Corse. Les bateaux des pecheurs sillonnent ce bout de mer, toute l'année pour y pecher de beaux poissons qui se cuisinent le soir meme à la maison, frits, au four, en papillotte, mummmm ! Les "saroni" se mangent frits ou en zupetta (petite soupe, oignon, tomate, safran et 5 minutes de cuisson), les "pagelli", "occhiatte", "orate" se mangent cuits au four avec des pommes de terre, ou en papillotte (un soupçon d'huile d'olive, une branche de romarin, une tranche de citron dans le ventre, et houp... un régal). L'"aragna" est un poisson délicieux mais dangereux. Il faut lui oter l'épine dorsale dès qu'il est pèché, elle contient un venin... C'est un poisson qui se cache sous le sable et s'approche de la rive, quand l'eau change de température, vers le chaud ou vers le froid. Il est donc dangereux de poser le pied trop brusquement par terre avant de nager... ce qui est arrivé à Hadrien le premier été que nous étions ici. Hurlements, douleur intense. Le conseil : mettre le pied dans l'eau tiède ou chaude et puis immédiatement après appliquer un glaçon. Désinfecter avec de l'eau oxygénée. Pour les peureux, la pharmacie fait les piquures qui soulagent ! Ce qui est arrivé à mon beauf, ce week-end. Ils sont partis à la peche et il a peché deux aragnes et un autre poisson sur la meme lance... son copain lui a assuré que les aragnes étaient nettoyées. Ils les a prises à pleine main et aaaaiiiiiiiieeeeeeee, piqué. Pharmacie. Piquure, et zou maison. Ce jour-là, et je vous jure qu'il faisait pas très chaud, Hadrien a peché un chapon.. et nous le soir, on s'est régalé à le manger en soupe ! Hadrien ne mange pas le poisson, quel dommage ! Chaque fois qu'il va pecher, il prend des poissons différents de ceux que prennent les autres personnes... un original et fier de l'etre.

 faites le plein de brume ionisée et d'iode

22/01/2008

la femme sarde

murales casalinga

 

Vetue de noir, déjà relativement jeune, surtout dans les régions internes de la Sardaigne, la femme sarde est avant tout mère et femme au foyer. Elle porte des vetements longs qui laissent apparaitre la cheville, de gros bas de laine en hiver, et un foulard sur la tete qui laissent poindre une mèche ou deux et souvent rien du tout. En Barbargia, on rencontre encore régulièrement ces vieilles dames à la jupe plissée noire longue, et au long chale brun de laine qui couvre la tete, le dos et descend presque jusqu'au genou. Elles sont toutes pareilles, courbées par le temps, veuves et encore toujours à pied. La femme sarde, si elle n'est pas touchée par un cancer (des restes de Tchernobyl) ou un problème de tyrroide (plutot dans le nord ouest, lié à un taux élevé d'iode), vit très très très vieille, surtout en montagne. Centenaire n'est pas un cas à part, elles peuvent presque formés une équipe de foot !

La femme sarde, en mère de famille exemplaire, exerce un matriarcat à poigne ! Il existe quand meme certaines familles où c'est le père le grand chef, il décide, quand il rentre tout le monde se plie, quand il parle tout le monde se tait ! Mais la mère gère, gère les sous, gère les enfants. Bref un peu comme partout non ?

murales famiglia fonnese

La femme plus jeune, élevée dans une ambiance plus ouverte, grace au tourisme et à l'évolution de la société, travaille quand elle peut, pour son indépendance, pour joindre les deux bouts et travaille surtout quand le mari ne travaille pas. Ce qui arrive relativement souvent ! Il n'y a malheureusement pas de travail pour tout le monde, meme ici. Oui, il y a le travail saisonnier, et tout le monde s'en donne à coeur joie, 12-14 heures par jour pendant 3 mois... et puis l'hiver, hibernation jusqu'à juin prochain. Reste la construction qui évolue toute l'année, l'agriculture il y en a très peu étant donné la géographie et la géologie de l'Ile, l'industrie... peu, les mines d'argent, de charbon, de cuivre et autres minerais sont fermées depuis bien longtemps. Une raffinerie à Porto Torres, sur Cagliari un peu plus d'usines : la transformation du thon, le sel, et quelques sociétés de service. Et puis nous avons à Cagliari un super nouveau thermovalorisateur (traduction littérale de l'italien), soit un incinérateur capable de produire de l'énergie. Ce qui nous a valu de belles révoltes des Sardes non informés..(autre sujet à débattre) quand on nous a amené les déchets de Naples....!

La femme en politique, il y en a : c'est une femme qui est à la tete de la Province d'Olbia-Tempio. Pas mal de femmes aussi dans les structures de la culture : l'histoire, les musées, le folklore. Elles prennent soin que la tradition se fasse connaitre.  Des femmes médecins aussi. Faut dire que pour étudier ici, il faut des parents relativement aisés ou de la famille dans une grande ville comme Sassari ou Cagliari qui hébergent de belles universités. Les Sardes émigrent donc sur le continent, à Milan, à Rome, à Bologne, à Florence pour poursuivre un cursus universitaire qui va leur permettre de pouvoir sortir d'une condition annoncée de travailleur précaire.

la chèvre

21/01/2008

Cote Ouest, de Capo Testa à Rena Majore

capo testa, vue vallée de la lune

On part d'une presqu'ile Capo Testa pour arriver à une ile L'Asinara.

C'est la moitié de la Cote Ouest sarde. Une région balayée par des vents plus dérangeants que ceux de la Cote Est. Le Mistral, vent du nord-ouest, ou maestrale en italien et le Ponente, vent d'Ouest, sont des vents qui prennent rapidement force et apportent une mer agitée, à la grande joie des surfistes, qui y pratiquent leur sport été comme hiver.

La végétation est dominée par un maquis plutot bas, au parfum d'hélicrise (qui ressemble au curry) et qui enivre le visiteur. Retourné dans son pays, il cherchera à retrouver ce parfum tellement particulier. Il pourra le retrouver à l'Ile d'Oléron, sur la plage en face de Fort Boyard, ou sur toute la cote Ouest sarde, dans les dunes ou sur les collines recouvertes du maquis. L'hélicrise est un anti-bleu comme Arnica, un anti-inflammatoire bronchique et anti-cellulitique. Comme quoi, joindre l'utile à l'agréable, n'a d'obstacle en particulier.

Les plages s'alternent, différentes tant pour le sable, les gallets, la mer. Capo Testa, Ponente ou gauche pour les autochtones, est une des plus belles plages de sable clair et fin, la baie est profonde et donc l'eau y est claire. Une belle plage longue, permettant de faire les 100 pas en papotant, comme il est de tradition en Italie. Capo Testa Ponente est un régal quand la mer est un peu agitée, pas de grosses vagues, mais des vagues qui laissent derrière elle une brume iodée, un bouillon d'hydromassage, un vrai plaisir.

capo testa, avant l'arrivée des touristes

La plage suivante, est celle de Baia Santa Reparata, plus huppée, plus familiale aussi. Baia Santa Reparata fut construite dans les années 80, elle abrite de belles villas style ibiza, de vilains immeubles à trois étages, et des petites villas disséminées un peu partout entre le granit et le maquis. Elle héberge aussi un Club Framissima qui s'appelle Cala Blu, l'hotel Shardana, petit et discret, presque sur la plage. A Baia Santa Reparata, il y a deux plages de sable, une petite plage de galets où les plongeurs sous marins peuvent trouver un beau départ à une ballage exploratrice dans la baie. Baia Santa Reparata, à la dernière plage, est un beau départ de promenade dans la nature incontaminée : sentiers, petites criques, véritables piscines naturelles, la tranquillité en somme, surtout quand les touristes italiens assaillent de leur monture à moteur le réseau routier. Malheureusement, les villages touristiques ne sont pas encore à l'ère du service et de l'épargne en terme d'énergie... fossile, comme c'est le cas en montagne. J'essaie de lancer le message, je dis, je parle, aux responsables politiques, aux responsables économiques, aux jeunes qui veulent commencer une activité nouvelle.

santa reparata, villas

Poursuivant vers le Sud, on trouvera la plage de Rena Majore, déjà accessible avant le village de Rena Majore, à la hauteur du Camping. Rena Majore est une très grande plage divisée en deux, mer dangereuse quand la mer est agitée. Mais belle plage bien large, permettant aux enfants de jouer en toute tranquillité, au ballon, au volley, au foot, ce qui n'est pas le cas sur les autres plages du coin.

rena majore vue d'ensemble

Je vais m'arreter là, sinon mon post fera 20 pages. Je reprendrai une particularité du nord : l'archipel de La Maddalena, entre la Sardaigne et la Corse, dans un prochain reportage.

Oh j'avais oublié : Garibaldi, qui est mort à Caprera, comme tout bon italien l'a appris à l'école, avait comme premier projet d'acheter Capo Testa, presqu'ile sauvage et magnifiquement belle, où les jeunes babas cools hippies d'aujourd'hui passent deux, trois ou quatre mois dans les grottes de Vallée de la Lune, qu'on vous propose aussi de visiter en quad. Les propriétaires n'ont pas voulu vendre et Giuseppe Garibaldi s'est tourné vers Caprera où il y a fini ses jours, en bon fermier.

cala francesa