12/03/2008

un ptit retour au carnaval

Pour revenir au post des mamuthones,

les masques qui font peur !

Voici une petite vidéo

du défilé des mamuthones

à Mamoiada

Vous pourrez comprendre le coté

 archaique, rustique et rural

du déguisement

 

12:43 Écrit par Loren dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : mamuthones, mamoiada, carnaval, suite |  Facebook |

10/03/2008

folklore du village

costume santa teresa

din dara din,(voix de soprano) dummmmm, dummmmmm, (voix de tenor)

sur cette musique traditionnelle, s'ouvre la danse traditionnelle sarde.

Santa Teresa étant une commune jeune, avec peu d'histoire ancienne, son costume fut construit de toute pièce. Il n'a aucune origine ethnique, il fut copié au niveau du modèle sur les autres costumes de la région et pour les couleurs et les dessins, suivant la fantaisie de la couturière qui la première construit ce costume.

Mais c'est frais.

 

couper le son.... si vous voulez pas entrer dans le trip ! mais moi ça me fait marrer ! pour ceux qui parlent italien, la prononciation sarde, buona notte ! et admirer les costumes

sinon voilà la version plus traditionnelle, ci-dessous

 

" alt="decoration" border="0" />

 

il ballu tundu, la danse en rond, la ronde !

07/03/2008

Santa Teresa, les aventures de son territoire

piazza_vue_central_bar

Planifier la naissance d'une ville ou d'un village entend le choix d'un point stratégique sur lequel les faire croitre, en projeter la viabilité, les axes des édifices et organiser les différents secteurs ou vecteurs, je préfère, économiques.

Quand fut fondée Santa Teresa, la position plus favorable résulta etre celle de Porto Longone (aujourd'hui Longosardo), aux pieds de la tour gardienne de la cote et peu distante de la profonde baie portuaire.

Les premiers quartiers, qui ne comprenaient qu'une vingtaine d'immeubles étaient tous compris entre l'actuelle Piazza San Vittoria et la Piazza Vittorio Emanuele, naturellement étendus en longueur pour quelques uns.

L'actuelle place Victor Emmanuel a subi, il y a quelques années un changement radical, adapté au développement touristique de la cité. L'ancienne place comprenait une partie centrale entourée d'oliviers et d'arbustes, quelques bancs en granit. Elle était "la" promenade des villageois qui la parcouraient en longueur, aller-retour, aller-retour, au rythme des papotages. Elle était l'unique lieu de rencontre. Les voitures, quand les voitures sont apparues, en faisaient le tour, bien lentement d'ailleurs.... L'occasion pour les garçons, jeunes et moins jeunes, de prendre le temps de faire le choix de leur proie... pour un jour, pour une semaine, pour le temps que restaient là, à se dorer la pilule, les petites touristes étrangères, belges, suisses, anglaises, polonaises qui faisaient s'éclairer leur sourire et leur braguette le temps d'un été, comme une friandise dont ils seront privés tout l'hiver et quand ils auront choisi d'épouser une des leurs, pour ne perdre pas racine. Ils ont tous un attachement extremement fort à leur terre sarde. Encore aujourd'hui, les jeunes allant travailler à l'étranger, n'ont qu'un seul souhait : rentrer au pays pour y travailler, meme s'ils savent que leur salaire sera ridiculement bas.

Pour continuer l'histoire de la création du village et ses aventures, la seule rue, en fait place, qui aie garder son nom d'origine est la Piazza San Vittorio sur laquelle est construite l'église du meme nom. Construite dans la moitié du 19e siècle, grace aux dons de Annamaria di Savoia et de sa mère Maria Teresa, épouse de Victor Emmanuel Ier, l'église paroissiale recéle encore d'objets décoratifs en argent et d'une statue de la Madonne offerts par ces nobles dames.

Le projet initial du village fut donc dessiné par le Roi Victoir Emmanuel lui-meme qui projetta jusqu'aux activités commerciales qui devaient naitre sur les places principales. Cet objectif est encore d'actualité de nos jours et l'on peut observer, dans un centre historique coloré, les différentes boutiques d'artisanat, les petits commerces alimentaires, les bars, une poissonnerie, une boucherie et les étals de fruits et légumes.

Quelques années après sa fondation Santa Teresa comptait déjà 200 habitants, un chiffre important en comparaison à d'autres communes sardes. Cette population était formée en majorité de bergers, agriculteurs, artisans et pecheurs.

Santa_Teresa_di_Gallura_Rena_Bianca

Au gauche de l'église San Vittorio, quand on est sur la place du meme nom, une belle arcade mérite la pause photo. Une vue paradisiaque sur la plage de Rena Bianca et sur les falaises blanches de Bonifacio.  La plage de Rena Bianca, qui doit son nom à la blancheur de son sable (de rena = sable), est accessible de tous les quartiers du village, soit par de belles descentes asphaltées, soit par un escalier ombragé au milieu des villas, vue imprenable. Le rocher sur la gauche de la plage est l'isola Monica (à droite sur la photo). On y trouve  une des nombreuses carrières de granit réparties sur le territoire.

Attirés par la présence de cette belle plage sableurse, de nombreux habitants des villages ou campagnes environnantes y ont construit une résidence secondaire, permettant ainsi d'échapper, l'été, aux chaleurs torrides des campagnes. Ce fut la première forme de tourisme et, pendant longtemps, elle se limita justement à la seule occupation des résidences secondaires. Quelques hotels furent construits par la suite. Actuellement, le tourisme villageois vit essentiellement de la location d'appartements gérée par les agences immobilières, plus nombreuses que les boulangeries !

Le centre actuel reste la place Victor Emmanuel où se trouve l'office de tourisme qui distribue des informations concernant l'hébergement, les ballades, visites, excursions à faire sur le territoire de la commune.

De la place part la Via XX Settembre, piétonnier en été,  qui mène à la Torre Aragonese, tour vestige du passage des espagnols dans l'ile, où l'on peut admirer le paysage à 360° surplombant les bouches de Bonifacio et l'entrée du port.

Le port qui sera la prochaine étape de mon récit.

Santa_Teresa_di_Gallura_Torre_Aragonese

 

04/03/2008

drole de plis

drole de plis

Pour changer

je me suis trompée

donc tant pis

les photos resteront

le texte pas

BON VENT

à toi loulou

les gros cailloux de la gallura

ont surement une origine volcanique

vu leur forme lisse

je doute que des concrétions cristallines

aient une forme aussi douce

parce que

meme erodées par la mer et le temps,

on les trouve dans les campagnes,

dans les montagnes

et à la mer

Quindi

Copie de ph54

09:28 Écrit par Loren dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lis, volcans, origine |  Facebook |

28/02/2008

no potho reposare

26/02/2008

Domo mia

murales casa vecchia

murales casa vecchia à Fonni

certaines fenetres sont en trompe l'oeil... Edicola veut dire Librairie

Voici la traduction de la chanson de Tazenda,  Ma Maison, post précédent

Maintenant, moi

je suis ici

Aujourd'hui, moi

je suis sans fleuves

Anciens esprits, ombres

semblent venir à moi

Je veux te donner mon sang

c'est ma vie

Je veux te prendre, oh...

Et  je t'aime, et je t'aime

Tu es tout pour moi (ma vie)

Chacun de tes objets

Et  je t'aime, et je t'aime, oh...

Chez moi, les livres arcanes

J'entend tes paroles

Je veux te donner mon sang

C'est ma vie

Chacune de tes notes

Et  je t'aime, et je t'aime, oh...

Meme si ce n'est plus ma maison

J'entends tes mélodies

Mets moi une idée dans la main, dans le coeur

Je veux te donner mon sang

Tu es ma vie

Je veux te bercer, oh...

Et  je t'aime, et je t'aime, oh...

Tu es ma vie

Tu es ma vie

Chez moi, les livres arcanes

J'entends tes paroles

Maintenant moi

Nous seuls

oh eh, eh oh

Cette chanson vole vers toi


 

Tazenda

tazenda-vida160


Comme rappelle cinemagora sur son blog, l'Italie choisit ses chansons fétiches, ses chansons stars, au Festival de la Chanson Italienne de San Remo, sur la Riviera.

Comme dit Pascal, Eros Ramazzotti a commencé sa carrière en gagnant San Remo, comme Celine Dion gagna l'Eurovision.

Eros a participé à un bel hommage au chanteur disparu Andrea Parodi qui avait fait partie du Groupe Tazenda, avant de continuer seul sa carrière.

Andrea Parodi reçut lui aussi le prix de la critique à San Remo en 1991, pour sa chanson "Spunta la luna dal monte"

Ce chanteur a fait preuve d'un courage exemplaire face à la maladie. Il a chanté jusqu'au bout, sans cheveux, amaigri. Toute sa force était dans la voix.

La chanson chantée par Eros et le groupe Tazenda s'appelle Domo mia (ma maison).

Et quand j'écoute la chanson Domo mia, je sens qu'il est encore là, Andrea Parodi, présent !

Je vous écris les paroles de cette chanson

écrite et chantée en sarde (une vraie langue, pas un dialecte).

Les parties en orange, sont les textes chantés par Eros en italien.

Magnifique chanson, elle me donne la chair de poule

Co…mmo deo

So innoe

Oe eo

Soe chene-ene ribos

(Eros)

Antigos ‘spiritos, umbras…

Parent chi benint a mie

(Beppe)

Ti cherzo donare su sambene

(Eros)

E’ la vita mia

(Beppe)

Ti cherzo leare, oh…

E t’amo, e t’amo

Ses sa vida mea

(Eros)

Ogni cosa tua

(Beppe)

E t’amo, e t’amo, oh…

Arcanos libros in domo mea

(Eros)

Sento le parole tue

(Beppe)

Ti cherzo donare su sambene

(Eros)

E’ la vita mia

(Beppe)

Ti cherzo ninnare, oh…

E t’amo, e t’amo

Ses sa vida mea

(Eros)

Ogni nota tua

(Beppe)

E t’amo, e t’amo, oh…

(Eros)

Anche se non è più casa mia

Sento le tue melodie

(Gino e Gigi)

Ponemila un’idea in sa manu, in su coro

(Eros e Beppe)

Ti cherzo donare su sambene

(Gigi)

Ses sa vida mea

(Eros e Beppe)

Ti cherzo ninnare, oh…

E t’amo, e t’amo

Ses sa vida mea

(Gigi)

Ses sa vida mea

(Eros e Beppe)

E t’amo, e t’amo, oh…

(Beppe)

Arcanos libros in domo mia

(Eros)

Sento le parole tue

 

Co...mmo deo

(Eros)

So…li noi

(Eros e Beppe)

Oh eh, eh oh

Vola questo canto per te

Si vous avez l'occasion de chercher sur internet, en format musique, allez écouter

Andrea Parodi dans

No potho reposare - sigla sardegna canta (émission sarde)

Et le site www. andreaparodi.it